club ecodragon
Bienvenue au forum du Club Eco_dragon !! Rejoignez la grande famille par un simple clic! on vous attend Wink


Écologie et mangas ,
 
AccueilPortailFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexionLe blog

Partagez | 
 

 l'Etat Algérien et l'Environnement

Aller en bas 
AuteurMessage
yakuza



Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 30
Localisation : algerie
Emploi/loisirs : etudiant
Points : 67
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: l'Etat Algérien et l'Environnement   Lun 3 Mai - 13:25

on parle de l'environnement mais que du blabla, on tout un mistère de l'environnement mais c'est que performellement, mais voilà ce qui ce passe en Algérie et vous savez pourquoi, c'est parceque on fait rien que pour faire et la plus part du temps on fait des choses sans avoir le strict minimum d'information.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yakuza



Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 30
Localisation : algerie
Emploi/loisirs : etudiant
Points : 67
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: tmaskhire   Lun 3 Mai - 13:32

la semaine passée, on montre dans notre télévision ( notre chère tele ) que notre état plante 5000 oliviers, c'est bien mais à bechar, hahahahah, bechar un zone presque saharienne, là ou il faut planter des dattiers car cette zone est connue pour ses oasics ( des champs de dattiers ), non on plantes des oliviers un arbres montagnard ou mm des hauts plateaux,

les oliviers en Algérie sont connus dans la région de Kabylie et non pas au sahara, ce dernièr est bon pour les dattiers.


bien l'objectif de cette plantatio n'est pas pour augmenter la production des olives car on pense jamais dans ce sense mais surtout pour casser une certaine région.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yakuza



Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 30
Localisation : algerie
Emploi/loisirs : etudiant
Points : 67
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: sos sos sos   Mar 4 Mai - 12:52

le parc d'El Kala est un parc nationa situé dans la wilaya d'Etaref à l'est de l'Algérie, c'est un parc et partrimoine protégé par l'UNESCO, il est beau et il faut bien le vésiter. il abrite bcp d'espèces végétales et animales et biensur y'a bcp d'espèces endémiques câd, qu'on ne peut trouver ces espèces que dans cette région.

le problème est que notre état s'enfiche carément de ce parc à mon avis.

car on a pas le droit de toucher à une réseve naturelle, ce qui n'est pas le cas chez nous, car on fait passer l'autoroute Est-Ouest en à travers ce parc et sans y penser un petit peu sur les conséquences. on fait tout sans aucune étude.

quelques braves et courageux on essayer de faire quelques choses mais on y peut rien contre le seigneur de la guerre.

domâge pour ce parc malheureux pour les amoureux de la nature qui ne peuvent rien faire face à des géants.

ma question est que je me demande ou est le role de notre ministère de l'environnement? ah oui, j'ai failli oublier qu'il est trés occuper de ses affaires de lutter contre le changement climatique dans le monde, il s'inquiète énormément et il est même parti à Bonn ( Almagne ) pour y participer à la conférence de lutte contre le changement climatique.

comme il dit laalam; je fume du thé, je reste éveiller et le cauchemar continue


Dernière édition par yakuza le Jeu 6 Mai - 13:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yakuza



Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 30
Localisation : algerie
Emploi/loisirs : etudiant
Points : 67
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: plus grave   Mar 4 Mai - 15:52

je ne sais pas à quoi pense nos chefs, j'ai beau essayer de comprendre mais aucune réponse, non seulement on s'en fiche de notre environnement et nos plus beaux sites et patrimoines on a d'autres préoccupations celles de laisser des étrangés profiter de notre biodiversité rien que pour leur paisir.

mes amis, actuellement ya des Emirs ( princes ) Arabes qui ont de l'argent et qui ne savent pas ou les dépenser et donc ils achètent des fermes même des champs de terrains à l'Ouest de notre pays ( EL-Bayed ) pour se déstraire en chassant nos Gazelles ( on en trouve bcp de ce coté ).

j'aimerai bien savoir comment est ce qu'ils réflechisent et comment pensent-ils.

nos Gazelles courent un grand risque.

tjr même question que fait notre Etat pour sauvegarder nos espèces de ces criminels de la nature

je fume du thé je reste éveillé, et le cauchemar continue (laalam)


Dernière édition par yakuza le Jeu 6 Mai - 13:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yakuza



Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 30
Localisation : algerie
Emploi/loisirs : etudiant
Points : 67
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: bonne nouvelle   Mar 4 Mai - 16:25

bravo, notre Etat veut aprés une longue période qu'on brulait nos déchets à ciel ouvert, on veut changer nos comportements.

la décharge de oued semar n'existera plus dans peu de temps. car notre Etat prend en charge cette petite zone en la transformant en un jardin publique. j'espère que ça va vite. mais ce que j'ai pas compris est qu'on a débuté lse travaux sans arréter les camionneurs qui jettent les déchets chaque jour.


et puis ou va t'on jetter nos déchet?
c'est oueled fayet (changement d'adrese)

par contre la wilaya de Tizi ouzou (kabylie) s'est bien investie dans la gestion des déchets en transformant sa décharge en une usine qui élimine les déchets par des méthdes modernes( on les triant puis selectioner et enfin de les faire disparaitre par des produit chimique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yakuza



Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 30
Localisation : algerie
Emploi/loisirs : etudiant
Points : 67
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: c'est de l'anti-KABYLISME direct   Jeu 6 Mai - 13:21

comme je vous ai parler de la gestion des déchêts sauvage et de la décharge de la Wilaya de TIZI OUZOU, et bain laissez moi vous dire que ce projet a été financer par le gouvernement du Quebèc, c'est une subvention du pnud d'un programe de gestion de décharge sauvages au profit de la wilaya de tizi ouzou.



malheureusement, comme il vient de le rapporter le quotidien Algerien Le-Soir du 5 mai 2010, le ministère des affaires étrangères bloc cette subvention et aucune raison et aucun commentaire n'a été donner. le ministre medelci a été interpellé par le P/APW et ses membres il ya plus de 15 jours mais aucune réponse.

notre Etat préfère voir cette région pourrir et crever.

ma question est ou est le rôle du ministère de l'environnement.

ces hommes qui détiennent le pouvoir sont vraiment direct. non seulement il te subventionne pas mais on refuse les subventions étrangères quel pays.


à votre avis pourquoi ont-ils refuser cette subvention.

1) parceque ils sont contre l'aménagement de l'environnement.

2) parceque c'est de l'anti-Kabylisme.


ma réponse est bien claire, c'est de l'anti-Kabylisme 3inani. ils veulent pas voir fleurrir cette région.

mais quand il s'agit de 13 ministres d'un même village c'est pas éttonant.

chouf la HOGRA 3inani et manekedrou ndirou walou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yakuza



Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 30
Localisation : algerie
Emploi/loisirs : etudiant
Points : 67
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: j'ai rien compri   Lun 10 Mai - 13:11

avez-vous remarquer que comme si on assiste à la chasse aux sites naturels et plus grave encore c'est qu'ils sont des sites protêgés za3ma, machi bessah. oui encore ça fait presque 3 ans que notre état autorise le passage d'un tunnel en plein parc de TAZA dans la wilaya de jijel, c'est bizzard ils s'enfoutent énnormément de notre environnement et notre biodivrsité, j'ai rien compri

depuis Hier notre ministre de l'environnement va séjourner encore pendant quelque temps en CHINE aprés BONN en ALMAGNE dans le prétexte de lutte cotre le réchauffement climatique. et le rôle de l'ALGERIE de lutte cotre le R.C en AFRIQUE

monsieur le ministre faites d'abord ce qui à a faire ici puis en verra pour le changement climatique.
à mon avis vous êtes entrain de nuire plus que vous réparer à notre environnement avec vos voyages en Avion et voitures et aussi vos dépenses en milliards.

je m'écarte et j'obsèrve le mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yakuza



Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 30
Localisation : algerie
Emploi/loisirs : etudiant
Points : 67
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: plus de détail de l'article avant dernier   Dim 23 Mai - 14:15

Blockage du projet (pneud)
le RCD dénonce un "anti kabylisme outrancier

Le blocage par le gouvernement algérien, via son ministre des Affaires étrangères, du financement par le PNUD du projet d’aide à l’environnement dans la wilaya de Tizi-Ouzou, provoque une polémique et soulève l’ire des responsables du RCD qui ont déclenché leur stratégie de communication afin de dénoncer devant la population de la région, ce qu’ils considèrent comme un «anti-kabylisme outrancier» qui intervient dans une conjoncture pas innocente du tout, estime le RCD.
Le sénateur Mohand Ikhervane et le Dr Hadj Saïd élu APW de Tizi-Ouzou qui ont animé hier à Azazga une conférence-débat avec la population sont longuement revenus sur la genèse de ce projet et mis la lumière sur les dessous d’une affaire qui réveille les vieux démons du régionalisme. Les intervenants ont expliqué comment les élus de Tizi- Ouzou, après avoir inscrit la question de l’environnement dans l’ordre de priorité de leur programme pour cette région, véritable décharge à ciel ouvert dont l’air, la terre et l’eau sont pollués, ont initié dans ce cadre des démarches auprès du ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme mais devant son aveu d’impuissance à régler ce problème, ils ont fait appel à des financements extérieurs, en l’occurrence les instances internationales via le PNUD, partenaire de l’Etat algérien qui met ses moyens au service des pays émergents. Mais une fois arrivé à maturation, notamment le déplacement des partenaires onusiens et du groupe français Isonot pour des diagnostics, le projet se heurte, selon les conférenciers, à l’hostilité du ministère des Affaires étrangères qui a bloqué le financement. Tizi-Ouzou accepte alors de partager le projet, avec la ville de Boughezoul en tant que future capitale, représentée à la réunion d’Alger par un simple fonctionnaire et une première tranche d’un million de dollars a été débloquée. Cette option a été rejetée par les pouvoirs publics qui se sont confinés dans un silence radio et en dépit de la saisine du ministre des Affaires étrangères par le P/APW de Tizi-Ouzou Mahfoud Belabbès. Le RCD qui estime que c’est là un droit acquis de haute lutte, a résolu, à travers des rencontres de proximité, d’alerter l’opinion publique nationale et internationale sur les blocages politiques, stigmatisant au passage l’attitude du ministère des Affaires étrangères qui conditionne son accord par le versement intégral du financement, arraché au gouvernement du Québec par les élus de Tizi-Ouzou, à la seule ville de Boughezoul alors que le dossier a été défendu crânement par les élus de Tizi-Ouzou avec des arguments scientifiques et au terme de démarches ayant eu l’aval des autorités algériennes au niveau régional et national. Ce qui n’a pas empêché, selon l’orateur, l’intégration de la ville de Boughezoul, région située en dehors de la Kabylie, au projet initié par Tizi-Ouzou, dans un souci d’ordre nationaliste. Disposé à aller jusqu’au bout de sa requête, le RCD envisage des rassemblements pacifiques devant la wilaya pour «mettre l’Etat devant ses responsabilités», cela en associant toutes les couches de la société «le problème de l’environnement n’ayant pas de couleur politique».
S. Hammoum


sincérement je sais quoi dire, une impunité et la hogra ou alors......!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yakuza



Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 30
Localisation : algerie
Emploi/loisirs : etudiant
Points : 67
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: enfin une bonne chose   Jeu 27 Mai - 14:15

CONGRE INTERNATIONAL DE MAMMALOGIE A EL-TAREF

études des mammifères dans le milieu naturel


Sous le patronage du directeur du centre universitaire, l’institut de biologie a organisé, les 24 et 25 mai, le premier congrès international de mammalogie. Cette manifestation a été une opportunité d’échange des connaissances entre étudiants, chercheurs, monde associatif, collectivités et tout acteur impliqué dans l’étude et la conservation de la faune mammalienne.
Le congrès a abordé trois thèmes majeurs, à savoir «Ecologie et écophysiologie des mammifères en milieu saharien et méditerranéen» ; «Les modèles mammaliens en écotoxicologie» et «Etat des populations des mammifères en Algérie et perspectives de gestion». Pour le directeur de l’Institut de biologie, les objectifs qu’a visés ce congrès sont les suivant : étudier les mammifères et leur rôle dans les équilibres naturels ; contribuer à une meilleure connaissance de la faune mammalienne algérienne et de sa répartition ; identifier les modèles mammaliens utilisés en toxicologie et sensibiliser le grand public sur les enjeux de conservation de la biodiversité mammalienne à travers la description de projets d’aménagement. Il faut savoir par ailleurs qu’hormis la participation algérienne, des sommités mondiales ont pris part à ce conclave dont entre autres des chercheurs du Muséum naturel de Paris, de l’université de Marseille et de l’université de Tunis. La conférence présentée devant une assistance intéressée de Farida Khammar de l’USTHB, Alger, sur la biodiversité mammalienne en Algérie a permis de faire un tour d’horizon exhaustif sur la diversité biologique de notre pays. Ainsi, elle indiquera que «la biodiversité est la manifestation de la complexité du vivant, elle s’intéresse à la diversité des espèces, la diversité génétique et la diversité des écosystèmes, il est clair que la vie sur terre dépend de la continuité de ces trois niveaux». Et d’ajouter : «La grande majorité des mammifères exploitent les milieux terrestres et leurs populations sont conditionnées par la disponibilité des ressources que leur offrent les habitats naturels mais également par les conditions climatiques de l’environnement. En Algérie, ces habitats sont diversifiés (zone marine, zone forestière, zone steppique et zone désertique) et abritent une faune mammalienne constituée de 108 taxons pour la plupart en milieu désertique avec des effectifs variables d’une espèce à une autre, pour certaines espèces il ne reste que quelques individus car très peu observés à l’exception de rares traces sur leur biotope coutumier. Elle révélera dans le même sens qu’«il semble donc qu’en Algérie, selon leur degré d’abondance, la moitié des mammifères et rare et/ou menacée d’extinction. A l’instar de tous les pays, on relève que les menaces et perturbations liées à l’homme sont plus actives que les menaces naturelles et déterminent l’évolution actuelle de cette diversité biologique». «En Algérie, la stratégie d’utilisation durable de la diversité biologique a été établie, des programmes de conservation «ex-situ» et «in situ» sont proposés mais la planification de leur application semble encore relever du long terme, cette diversité biologique doit être largement valorisée sur le plan bioéconomique en intégrant les savoir-faire traditionnels et les progrès biotechnologiques», conclura-t-elle.
Daoud Allam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yakuza



Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 30
Localisation : algerie
Emploi/loisirs : etudiant
Points : 67
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: MASCARA   Sam 5 Juin - 15:39

150 ha ce forêts à lamare d'eau ravagés par le feu


Ce mercredi après-midi vers 13h45 un important feu de forêt était signalé à la Mare d’eau dans la commune d’Oggaz, à une soixantaine de kilomètres de Mascara. Le lieu est connu pour sa réserve de chasse, et s’y trouve également une résidence d’Etat. Sur la route l’on apercevait de nombreux véhicules de la Protection civile se dirigeant vers le lieu du sinistre où s’était déjà rendu le wali de Mascara.

L’on apprendra qu’il avait été également fait appel au matériel de wilayas limitrophes pour circonscrire le feu qui s’était d’abord déclaré dans la forêt de Boufatis wilaya d’Oran avant de se propager jusqu’à la Mare d’eau. L’incendie sera finalement maîtrisé vers vingt-trois heures. Les dégâts sont importants, puisqu’il a été fait état de 150 hectares de forêts constituées de Pins d’Alep et 50 hectares environ de broussailles ravagées par le feu.
M. Meddeber
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yakuza



Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 30
Localisation : algerie
Emploi/loisirs : etudiant
Points : 67
Date d'inscription : 01/01/2009

MessageSujet: Re: l'Etat Algérien et l'Environnement   Lun 7 Juin - 15:15

l'Algerie souhaite se mettre à l'agriculture biologique


Opter pour l’agriculture biologique, telle est la nouvelle stratégie que nos politiques souhaitent promouvoir. Respecter l’écosystème, proposer des produits sains et naturels et, surtout, intégrer le marché mondial figurent parmi les objectifs arrêtés.
Irane Belkhedim - Alger (Le Soir) - L’Algérie souhaite bannir l’image qui lui colle à la peau, celle d’un pays qui n’exporte que du pétrole. En finir avec cette étiquette en préparant l’après-pétrole, à commencer par la commercialisation d’une production nationale répondant aux normes internationales, tel est le grand défi à relever. Il ne s’agit ni plus ni moins que de celui de l’agriculture bio. Basée sur le respect du vivant et des cycles naturels, l’agriculture biologique est un système de production qui favorise l'agrosystème, les activités biologiques des sols et les cycles biologiques. Les agriculteurs n’utilisent pas d’engrais et de pesticides de synthèse. Ils misent plutôt sur la rotation des cultures, l'engrais vert, le compostage, la lutte biologique, l'utilisation de produits naturels comme le purin d'ortie, ainsi que sur le sarclage mécanique. Définie depuis les années 1920, l'agriculture biologique a vraiment vu le jour à l'échelle mondiale à partir de 1972, avec l’International Federation of Organic Agriculture Movements (IFOAM). La démarche algérienne s’inscrit dans le cadre de la relance du secteur de l’agriculture et est soutenue et chapeautée par l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex). Elle s’adresse à tous les agriculteurs du pays. «Des fellahs de 22 wilayas ont déjà été approchés, l’idée leur a été soumise et ils se sont montrés enthousiastes», affirme Rachida Sellam, directrice de Inspiration Nouvelle, une boîte de management et de marketing qui gère le projet. Comme point de départ, l’on envisage la récupération de 150 fermes inexploitées. Il s’agira de fermes pilotes. Ecocert, un organisme français de contrôle et de certification, sera le partenaire de l’Algérie dans cette démarche. Il existe depuis vingt ans, compte 500 ingénieurs et techniciens spécialisés et certifient près de 80 000 produits. Ecocert offre ses services d’inspection et de certification dans plus de 90 pays.
En Algérie, ce n’est pas impossible !
Intervenant en marge du deuxième Salon algérien de l’exportation, Djazaïr Export, qui s’est tenu du 3 au 6 juin dernier au Palais des expositions des Pins- Maritimes d’Alger, Vincent Morel, représentant d’Ecocert, estime que l’Algérie dispose des potentialités nécessaires pour promouvoir l’agriculture biologique. «Le secteur est embryonnaire mais le contexte est favorable pour des perspectives. De plus, une forte volonté politique est là», a-t-il expliqué lors d’une conférence sur la certification biologique qu’il a animée devant un parterre d’agriculteurs venus des différentes wilayas du pays. Représentant de la zone Afrique et Asie, Vincent Morel ajoute qu’actuellement, en Algérie, 2 000 hectares produisent du bio (dattes, olives, plantes aromatiques et médicinales). Une surface qui peut s’agrandir. «La situation géographique est favorable. Les terres sont vastes, parfois en jachères», dit-il. Des atouts qu’il faudrait exploiter pour avancer dans ce domaine.
Un marché en pleine croissance
«Aujourd’hui, le marché mondial de la production bio est en pleine croissance, avec un taux d’évolution de 15 à 20 % chaque année». Un argument suffisant, fait-il entendre, pour investir dans cette filière. «En France, 2,6 % des surfaces agricoles seulement produisent du bio», précise-t-il. Un autre argument pour s’accrocher à cette nouvelle démarche et concurrencer des pays qui boudent l’agriculture biologique, politiquement, alors que leurs citoyens en sont consommateurs. L’Algérie n’est pas la première expérience maghrébine d’Ecocert, qui opère déjà depuis quelques années au Maroc. Pragmatique, Vincent Morel a présenté l’expérience marocaine. Au Maroc, 100 000 hectares sont certifiés pour la culture biologique. Plusieurs centaines d’opérateurs d’Ecocert travaillent avec des fellahs et les autorités locales. Environ 15 000 tonnes/an sont récoltées, ce qui génère 10 millions d’euros de recettes d’exportation (olives, plantes aromatiques médicinales et agrumes). A cela, s’ajoutent les 600 000 hectares de collecte sauvage (argan principalement). L’intervenant a expliqué que les choses bougent au Maroc en ce moment, car l’on souhaite la création d’associations de promotion de l’agriculture biologique et même la mise en place d’un projet de loi pour réglementer la filière, qui a déjà ses adeptes. Présents à la conférence, des agriculteurs ont pris la parole et poser de nombreuses questions. Le projet les intéresse mais un énorme travail de vulgarisation et d’information doit être fait pour les amener à adhérer à cette démarche nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'Etat Algérien et l'Environnement   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'Etat Algérien et l'Environnement
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouveau Larousse Algérien
» algérien et fière de l'être..?
» "Le petit chaperon rouge" en arabe -algérien- (texte et audio)
» caractéristiques d'un Algérien de souche !!
» Congrès Algérien de Mécanique- El Oued octobre 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
club ecodragon :: ECOLOGIE :: La planète miracle :: Ma planéte, ma bataille!-
Sauter vers: